La stérilisation est un acte quotidien dans nos cabinets. Elle doit néanmoins être intégrée dans la compréhension de l’ensemble des mesures prises pour empêcher la contamination. C’est alors toute une chaîne, qui va de l’hygiène des mains, le port d’une tenue appropriée, la prévention des accidents d’exposition au sang, le traitement des surfaces souillées, la gestion des déchets de soins, le traitement du matériel (désinfection matériel dentiste) jusqu’à l’agencement du cabinet, qui permet une circulation adéquate et facilite la mise en oeuvre de ces mesures. La chaîne de stérilisation elle-même se décline en plusieurs étapes après l’utilisation des instruments. On devra opérer :

• une prédésinfection pour baisser la charge bactérienne des instruments souillés. Les produits utilisés devront respecter des normes très rigoureuses ;

ecapuchonnage à une main pour éviter les accidents d’exposition au sang. La prévention de la contamination passe par l’acquisition d’une gestuelle rigoureuse.

• un rinçage ;

• un nettoyage et un séchage pour pouvoir stériliser des instruments propres ;

• un conditionnement, pour conserver les instruments stériles jusqu’au moment de leur utilisation ;

• puis la stérilisation en autoclave.

Le stérilisateur doit être validé et de multiples tests permettent de contrôler la qualité de la stérilisation. Un étiquetage permettant la traçabilité est pratiqué à la sortie du stérilisateur ;

L’étiquetage permet de retrouver tous les paramètres concernant le cycle de stérilisation. Le code-barres peut être scanné et intégré dans un compte rendu opératoire ou dans la fiche du patient.

• un traitement particulier sera réservé aux instruments thermosensibles qui ne supportent pas la chaleur du stérilisateur et aux instruments rotatifs. Une réflexion doit être menée en fonction de l’instrumentation mise en oeuvre dans chacun des actes en omnipratique lorsque des instruments stériles sont utilisés en même temps que du matériel non stérile. Plusieurs plans de travail devront intervenir et la nécessité d’une aide opératoire se fera sentir pour faciliter une gestuelle respectueuse des règles.

 

Le test Helix permet de contrôler la stérilisation des objets creux.

En conclusion,

l’hygiène au cabinet ne se résume pas à l’achat d’un bon stérilisateur. Elle passe par une attitude cohérente qui intervient à tous les niveaux de notre pratique.

Les points clefs

1. La stérilisation n’est que l’un des éléments de l’ensemble des mesures à prendre pour empêcher la contamination au cabinet dentaire.

2. Le cycle de traitement du matériel comprend plusieurs étapes rigoureuses.

3. La stérilisation est pratiquée dans un autoclave qui doit être validé par un certain nombre de tests.

4. La traçabilité permet de retrouver les paramètres du cycle de stérilisation pour les instruments concernés par ce cycle.

5. Les instruments rotatifs requièrent un traitement particulier.